Vanille de Tahiti : Origine de sa spécificité

Matete Fenua i Huahine

Les agriculteurs de Huahine se sont réunis pour présenter leurs produits au Matete Fenua de...

Lire la suite ...

Matete Fenua i Tahaa

Le Fare Vanira de Tahaa a participé au Matete Fenua de Taha'a, un événement organisé...

Lire la suite ...

Visite des ombrières pilotes des Marquises

Après les Tuamotu, La directrice et son équipe technique a terminé sa tournée de visites...

Lire la suite ...

Visite des ombrières pilotes de Tikehau et Anaa

La directrice de l'établissement Emma Maraea accompagné de la directrice technique Timeri Atuahiva  ainsi que le responsable...

Lire la suite ...

Première coupe de 2019 à Tahiti

La première coupe de vanille mûre à Tahiti pour 2019 a eu lieu hier. Une...

Lire la suite ...

Visite des ombrières pilotes de Hao, Takaroa et Takapoto

La directrice de l'établissement Emma Maraea-Tavaearii a terminé sa tournée des ombrières-pilotes implantées aux Tuamotu par les...

Lire la suite ...

Le calendrier des ventes de vanille mûre 2019 est disponible !

Ia orana ! Les ventes de vanille mûre pour 2019 vont bientôt commencer. En plus du calendrier...

Lire la suite ...

La Vanille de Tahiti au Salon International de l'Agriculture de Paris

Le Salon International Agricole de Paris s'est tenu du 23 février au 03 mars 2019...

Lire la suite ...
C'est en 1933 que J.W. Moore décrivit pour la première fois le vanillier cultivé à Tahiti comme une espèce nouvelle et endémique, la Vanilla tahitensis. Cette forme n'avait jamais été décrite par ailleurs : ni dans les zones cultivées, ni dans les zones d'Amérique centrale d'où le vanillier est originaire.

 

Mais, comme Vanilla tahitensis n'existe pas en Polynésie ou dans le Pacifique sous une forme autre que celle de plante cultivée, l'hypothèse a été avancée, dès 1951, d'une hybridation entre plusieurs espèces, Vanilla planifolia et Vanilla pompona qui serait elle-même déjà hybridée de Vanilla odorata. D'autres ont voulu considérer Vanilla tahitensis comme une forme dérivée de Vanilla planifolia.

 

Pour répondre à ces interrogations qui sont primordiales pour tout projet de protection du vanillier tahitien, l'Etablissement Vanille de Tahiti a conduit des recherches afin d'élucider la généalogie des vanilliers cultivés en Polynésie française.
Mme Sandra Lepers-Andrzejewski, responsable du département de recherche de l'Etablissement, a réalisé ces recherches dans le cadre de sa thèse et grâce à des études génétiques menées avec l'Université de Californie, il a été démontré que V. tahitensis est un hybride entre Vanilla planifolia et une espèce proche de Vanilla odorata. (lien vers la référence de l'article). Il convient donc d'appeler désormais le vanillier polynésien Vanilla x tahitensis ; « x » indiquant qu'il s'agit d'un hybride et non d'une espèce.


Des études de cartographie génétique menées au laboratoire de l'Etablissement Vanille de Tahiti et de cytogénétiques menées en collaboration avec la plateforme de cytogénétique - CNRS de Gif sur Yvette (lien http://www.ifr87.cnrs-gif.fr/pbc/presentation/index.html) et l'université d'Orsay (lien http://www.ese.u-psud.fr/) ont permis de comprendre les processus ayant conduit à la diversité existante parmi les vanilliers tahitiens. Ainsi tous les différents morphotypes (Haapape, Rea rea, Parahurahu, Puroini, Paraauti, Potiti, Pupa, Oviri, etc...) sont issus d'un même parent, la forme 'Tahiti'.